agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

UFR de Sciences Economiques et de Gestion Portails : www - étudiants - personnels UFR de Sciences Economiques et de Gestion

Vous êtes ici : Accueil > Formations > Masters > Parcours de Masters (Masters 2) : Offre 2016-2020 > PARCOURS :« ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE FORMATION INITIALE (FI)»

PARCOURS :« ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE FORMATION INITIALE (FI)»

 

Formation initiale
La formation initiale s’organise selon le modèle classique avec un premier semestre d’enseignements et un second semestre sous la forme d’un stage obligatoire de 4 à 6 mois avec production d’un mémoire soutenu devant un jury.
Ce parcours a une vocation généraliste, et poursuit essentiellement deux objectifs complémentaires. D’une part, la préparation et la qualification d’opérateurs capables d’appréhender le contexte général de la création d’entreprise et d’activités, en particulier dans une problématique d’économie sociale et solidaire. D’autre part, la formation de chefs de projets ou d’agents de développement aptes à concevoir, conduire et animer des projets partenariaux de développement local ou de solidarité internationale. Plus précisément, le parcours vise à répondre au besoin de professionnalisation pour de nouveaux métiers. Ces nouveaux métiers peuvent être regroupés dans trois rubriques.

- Conduire des projets de politiques publiques territorialisées et animer des organismes de l’économie sociale et solidaire.
Le profil de chef de projet ensemblier capable d’identifier et d’activer les réseaux d’acteurs sur un territoire est de plus en plus recherché par les acteurs publics et parapublics (chef de projet Zone Franche Urbaine, chef de projet GPV, mais aussi agent de développement local). Les dispositifs partenariaux relèvent, en effet, de démarches de projet pour renforcer le potentiel économique des territoires.

- Accompagner et financer les porteurs de projets.
Sont concernés ici les métiers de l’accompagnement et du financement des projets de création de très petites entreprises, associations et structures de portage que vise la formation.
La création de TPE et d’activités possède plusieurs spécificités par rapport à la création d’entreprises en général, sur laquelle de nombreux dispositifs et organismes incitatifs ont été expérimentés, et ensuite mis en place, tant en France qu’en Europe depuis les années 1980.
Le besoin d’accompagnement est multiple : amorçage en amont des projets, accompagnement financier dans le temps du montage et de création, accompagnement technique dans la phase qui suit la phase de création. Or, en moyenne, selon l’APCE (Agence Pour la Création d’Entreprises), seuls 5 % des créateurs d’entreprises bénéficient d’un accompagnement, ce qui n’est pas étranger à la “mortalité infantile” particulièrement élevée observée dans ce domaine.

- Préparer et conduire des interventions économiques ou humanitaires au plan international.
La référence à la dimension sociale du développement n’est pas nouvelle. Le développement social figure même dans la charte de l’ONU et a été réaffirmé à plusieurs occasions depuis la promulgation de celle-ci. Toutefois, l’insistance sur cette dimension va surtout s’exprimer à partir de la fin des années 1980. Le Master rencontre ici la demande insistante de nombreuses ONG confrontées à un manque cruel de connaissances et de savoir-faire à la fois dans les phases préparatoires aux actions et au cours de l’exécution de celles-ci. A l’évidence, l’intervenant au sein d’une ONG ne peut plus se contenter d’être un adhérent, un militant ou un bénévole, il faut aussi qu’il soit un technicien, sinon (au moins parfois) un expert.

Formation Continue
La formation continue en cours d’emploi est organisée selon le modèle de 18 regroupements mensuels de 3 jours consécutifs (correspondant à l’équivalent d’un premier semestre standard), suivi d’un mémoire professionnel réalisé, soit sur le lieu d’activité, soit sur un lieu de stage. Elle vise à développer les compétences suivantes pour les auditeurs :
- Analyser les organisations de l’ESS.
- Comprendre la place des organisations de l’ESS dans l’environnement politique, économique et social actuel.
- Mieux intégrer les enjeux et les valeurs de l’ESS dans les stratégies mises en œuvre.
- Concevoir des systèmes de gestion et intégrer des capacités de gouvernance adaptées aux organisations de l’ESS. La formation propose une approche pluridisciplinaire avec des économistes, des gestionnaires, des sociologues et des politologues qui interviennent dans les différents modules proposés.

Nous proposons aussi aux auditeurs de découvrir progressivement les caractéristiques et les enjeux de l’ESS selon la progression suivante :
- Identifier les spécificités des organisations de l’ESS et positionner ces dernières relativement aux organisations marchandes classiques.
- Contribuer à faire évoluer les pratiques actuelles et le dialogue entre le politique et le technique au sein des organisations de l’ESS.
- Mixer les différentes composantes de l’ESS afin de croiser les expériences et d’enrichir les pratiques de chacun.

Connaissances à acquérir

Formation initiale
Le contenu de la formation permet aux étudiants d'acquérir une vision transversale du champ de l'économie sociale et solidaire. En d’autres termes, contrairement à l’offre courante qui existe dans ce domaine dans d’autres villes et régions universitaires, cette formation n'est pas focalisée sur une seule spécialité : insertion par l’emploi, vie associative, développement local, gestion sanitaire et sociale, développement urbain, action humanitaire, développement durable, etc.
En jouant sur les transversalités, la formation proposée garantit une insertion professionnelle jouant sur une vision élargie du champ. En effet, au-delà des compétences purement opérationnelles acquises en grande partie en amont du Master, c'est bien la connaissance des spécificités de l'économie sociale et solidaire et de ses valeurs « communes » qui sont surtout recherchées par les recruteurs en aval du diplôme.

Formation Continue
La dimension validation d’expérience est importante dans un domaine où le métier se construit progressivement depuis plusieurs années et où les professionnels du secteur ont très rarement été formés spécifiquement pour les activités qu’ils assument. C’est pourquoi l’une des demandes des organisations de ce secteur consiste à "professionnaliser les professionnels", c’est-à-dire leur fournir une formation solide centrée sur un référentiel métier reconnu de tous. C’est notamment suite à ce constat, issu des échanges au sein de la chaire d’entrepreneuriat en ESS qu’a été créé le parcours "Formation continue" en 2012. En outre, l’Economie Sociale et Solidaire séduit de plus en plus de cadres d’organisations "capitalistes classiques" qui souhaitent se reconvertir ou faire évoluer leur carrière professionnelle. La formation continue leur permet d’une part de mieux appréhender ce secteur d’activité et d’autre part d’intégrer un réseau d’acteurs de l’ESS, condition nécessaire pour trouver un emploi dans le secteur qu’ils visent.

Compétences à acquérir

La formation vise à transmettre des compétences dans les domaines suivants :
- connaissance du milieu local,
- identification des potentialités économiques de développement,
- construction des éléments de la stratégie d’intervention,
- promotion du consensus partenarial autour des axes d’action retenus,
- études de faisabilité,
- définition et mise en œuvre des plans d’action,
- conduite de projets opérationnels,
- gestion d’organisations sociales et solidaires,
- identification et évaluation des projets de création d’entreprises, d’activités et de portage de projets
- accompagnement des porteurs de projet dans la démarche et les étapes de la création d’activité et suivi post-création,
- capacité d’évaluation et d’ingénierie des dispositifs de financement et plus largement d’accompagnement des créateurs,
- expertise relative aux conditions de financement des projets,
- communication, négociation, gestion des relations humaines, montage de projets et mobilisation de ressources (personnes, institutions) dans le cadre de programmes de tous horizons
- capacité de conseil et de mise en place, pour le compte des collectivités publiques mais aussi des fondations ou autres organisations privées, d’une politique de soutien des structures procédant à l’accompagnement et au financement de porteurs de projets au niveau national et international,
- méthodologie et pratiques d’intervention dans la mise en place et l’évaluation de projets de développement ou de programmes relevant de la coopération internationale,
- maîtrise du langage juridique et de l’anglais en vue de la négociation dans le cadre des opérations internationales.

 


Contenu de la formation :

  SEMESTRE 3
NOM UE NOM ENSEIGNEMENT
   
Economie sociale et solidaire  Economie sociale et solidaire
  Management des organisations de l’économie sociale et solidaire
  Microfinance : théories et pratiques
  Santé et exclusion
  Méthodologie de projet
  Evaluation et performance en ESS
 Entrepreneuriat : théories, outils et méthodes Entrepreneuriat : théories et pratiques
  Entrepreneuriat social
  Jeu d’entreprise
  Entrepreneuriats  : perspective européenne et comparative
  Méthodologie du plan d'affaires
Entreprise et développement local Développement local : acteurs et politiques
  Responsabilité sociale des entreprises : théorie et étude de cas européens
  Droit et fiscalité des structures de l’économie sociale et solidaire
  ESS et développement des territoires
  Analyse Financière
 Mondialisation, coopération et développement Mondialisation et politiques de développement durable
  Mondialisation et action humanitaire
  Développement : projets et politiques
  Commerce équitable
  Les nouveaux acteurs de la mondialisation : ONG et société civile
Outils et méthodes Informatique appliquée
  Anglais opérationnel
  Méthodologie de la recherche documentaire et du mémoire de stage
  Techniques de recherche d'emplois
 
  SEMESTRE 4
NOM UE NOM ENSEIGNEMENT
   
Stage Stage et mémoire de stage

 

Débouchés

La dimension régionale des débouchés est importante, et le soutien des partenaires institutionnels de la région, aident en ce sens, notamment par l’ouverture de leurs réseaux. Mais ces débouchés seront aussi naturellement nationaux et internationaux.

Ces débouchés sont :
- débouchés auprès des acteurs publics et parapublics partenaires des opérations de développement local : chefs de projet, agents de développement, manager de projet de développement économique urbain (collectivités, services de l’Etat, GIP, SEM, CAF…),
- débouchés dans les entreprises privées partenaires des collectivités : chargés de mission, chefs de projets,
- débouchés auprès des entreprises de l’économie sociale et solidaire : responsables, cadres, managers (mutuelles, coopératives, associations structurelles …),
- débouchés auprès des organisations finançant et de celles accompagnant les créateurs d’entreprises : conseillers et accompagnateurs ; cadres capables de prendre en charge la structure en question,
- débouchés auprès des organisations de l’économie sociale et solidaire ayant une action en matière de soutien, d’accompagnement et de conseil aux porteurs de projet : conseillers, accompagnateurs,
- débouchés auprès des collectivités territoriales mettant en œuvre des politiques d’incitation et de soutien à la création d’activités, en soutenant ou établissant des structures de financement ou d’accompagnement des créateurs : chargés de mission, chefs de projet,
- débouchés auprès des institutions financières souhaitant développer des activités de financement des entreprises, des projets associatifs et de portage : chargés de clientèle, chargés de mission, chefs de projet, voire médiateurs entre institutions financières et créateurs,
- débouchés auprès des fondations et autres organismes privés développant une politique de soutien ou de mécénat auprès des organismes faisant de l’accompagnement et / ou du financement de porteurs de projets : chargés de mission, chefs de projets,
- débouchés auprès des ONG et associations internationales : chargés de mission, animateurs,
- débouchés auprès des organisations intergouvernementales : managers de projets, chargés de mission.


Université Lumière Lyon 2